Santé mentale au Sénégal : 200 000 personnes souffrent de problèmes psychiques.

16

Selon la psychiatre, Dr Aida Sylla, le Sénégal est un pays où les personnes souffrant de maladie mentale sont souvent laissée à elles-mêmes. Pour preuve, elles se réfugient dans la rue, errant le plus souvent dans les villes et villages nuit et jour. Et paradoxalement, cette maladie peut atteindre n’importe qui et même des personnes qui semblent être bien portantes et saines, explique la doctoresse.

Au Sénégal, on dénombre plus de 200 000 personnes souffrantes de troubles psychiques. Pour elle, il y a d’autres qui présentent des troubles, mais qui n’iront pas à l’hôpital. « Les dépressifs ne viennent pas souvent à l’hôpital parce que ce sont des malades qui ne sont pas beaucoup de bruits. Ils sont calmes, même s’ils sont tristes. Ceux qu’on amène, ce sont ceux qui sont agités, qui font du bruits et qui cassent des choses », relève le Dr Sylla.

Elle signale que « les secteurs les plus touchés par la dépression sont ceux où les gens travaillent la nuit. Là où, les mesures de sécurité sont très strictes. Et aussi, où les liens de travail ne sont pas clairement définis. Les journalistes aussi, qui restent concentrés à longueur de journée entre autres, font partis des plus exposés ».

Par ailleurs, la psychiatre au service externe de l’hôpital de Fann souligne que la prise en charge des malades mentaux est un réel problème au Sénégal. « Cela s’explique par le fait que ces personnes sont stigmatisées Au-delà des malades, même les agents de santé qui les traitent sont indexés », déplore-t-elle.

AVOCAT IMMIGRATION / CABINET THERESA NAPOLITANO / NEW YORK




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *